Blog

← Back to all posts
  • On monte... et on redescend!

    Sorry for my English-speaking followers, but I needed to post this message in French... too hard to share my feelings in English... thanks for your understanding!

    ---

    Je suis revenu lundi soir d'un magnifique voyage de ski des les Alpes Françaises. Magnifique à tous points de vue. Je voulais aller skier des les Alpes depuis mon adolescence et avec ce que j'ai vécu cette année, j'ai ressenti un immense besoin de réaliser un rêve, de cocher quelque chose sur ma bucket list. Je n'y suis pas allé avec le dos de la cuillère!

    Voyage en classe affaires, luxueux appartement de deux chambres au pied des pentes (ski-in/ski-out), massages, spa, bouffe hallucinante, excellents vins,... en plus en charmante compagnie, ce qui n'était d'ailleurs pas du tout prévu au départ!

    Je vous mets quelques belles photos avant de passer dans le vif du sujet!

    Ce voyage m'a fait le plus grand bien. J'avais besoin de sortir de l'Équateur (pays que j'adore, ne me m'éprennez pas), j'avais besoin de me ressourcer, de faire quelques folies, de rire, de faire le plein de souvenirs impérissables, bref, de m'amuser. Et ce fut le cas... mais le ski c'est différend du deuil... c'est quand tu descends que c'est le fun...

    Depuis mon retour, je suis de retour sur une pente descendante. Je dirais même que j'ai perdu le contrôle de mes skis et que j'ai pris une bonne fouille! Sauf que j'ai la chance d'être lucide, d'être bien entouré, d'avoir de bons amis, une bonne psy, alors je suis capable d'arrêter la dégringolade (ou la ralentir...). J'en suis conscient... C'est comme si je m'assoyais dans la neige pour observer ce qui se passe et reprendre mes esprits. Je ne suis bien évidemment jamais redescendu aussi bas qu'après le drame, mais parfois, on pense que ça va bien... et paf, tu prends une cristi de débarque!

    On remonte tranquillement, on fait quelques pas, puis on retombe. On se relève, on monte un peu plus haut... puis on trébuche encore. C'est ça le deuil. Du moins, c'est comme ça que je le vis.

    Après 9 mois, je peux me considérer très choyé d'être où je suis. Ma fille est toujours une adolescente fantastique, une belle jeune femme que tout le monde adore, pleine de talents, qui fonce dans la vie, malgré les épreuves. Elle a eu l'habitude très jeune de devoir s'adapter, alors elle le fait beaucoup mieux que moi! Reste que cette semaine, après l'euphorie de ce voyage dans les Alpes, je me sens seul, je me sens mal. Ce soir, ma fille est mes amis ici en Équateur font un BBQ juste en bas de chez-nous. D'ailleurs, j'entends ma fille qui rit à travers la fenêtre... je ne suis pas capable d'être avec eux, j'ai besoin d'être seul, j'ai besoin de vous écrire, j'ai besoin de vous partager que j'ai mal en-dedans. J'ai besoin de vomir ma douleur dans mes écrits!

    Cela étant dit, je sais que c'est juste une débarque. Une débarque un peu plus grosse que les petites débarques que j'ai de temps à autre, mais je sais que je vais reprendre la route vers le haut. Pas en remontée mécanique, par contre, à pied, un pas à la fois. C'est peut-être pour ça que j'ai aimé mon voyage de ski, c'est descendre qui est le fun!! 

    Merci la vie!!